Comment se faire des amis et influencer les autres – Dale Carnegie

Bonjour !
et Bienvenue pour cette première synthèse d’un livre pour réussir.

Comment se faire des amis et influencer les autres, Dale Carnegie

Cette semaine le livre qui vous permet de réussir est un best seller mondial, traduit en 37 langues.
C’est aussi l’un des livres préférés de Warren Buffet, le 3ème homme le plus riche du monde.
Ce livre vous permet de mieux communiquer avec les autres, et de vous construire un solide cercle social personnel et professionnel…

Comment se faire des amis et influencer les autres, de Dale Carnegie

Comment se faire des amis et influencer les autres de Dale Carnegie  est un livre qui a eu un impact très profond sur moi dans ma jeunesse.

Sud de la France, en Provence.
Un petit village près de Marseille.
Le collège.
L’adolescence, les jeunes en scooter, les première cigarettes, la première bière…

A cette époque, jeune, anxieux et particulièrement mal dans ma peau – je n’avais pas vraiment d’ami.
Mon seul réconfort résidait dans une solitude relative: lecture et jeux vidéo, qui me permettaient de vivre des expériences sociales, lorsque nous jouions en réseau dans l’association informatique du coin de la rue.

Pourtant, même le moindre échange en dehors du jeux vidéo en lui-même m’était difficile même à l’intérieur de ce cercle social.

Et puis un jour, je décide que tout cela doit changer. Définitivement.

Ce jour là, à la bibliothèque municipale je suis tombé sur Comment se faire des amis et influencer les autres.
Quand j’ai fini de lire ce livre et pendant presque 1 année complète, j’ai mis en application les idées et méthodes de Dale Carnegie.

Au fur et à mesure de mes expérimentations je me surprends moi même: plus à l’aise, plus sociable, au point même de parler devant toute ma classe ou d’organiser des évènements d’ampleur avec les jeunes de mon village.

C’est bien simple, à la fin de cette année je suis vice-président de l’Association Juste Comme Ça, une association qui rassemble la plupart des jeunes du village, et je suis responsable des évènements et du foyer que je dirige tous les week ends.

Depuis, j’ai radicalement évolué et je sais que c’est en partie grâce à ce livre.

Comment se faire des amis et influencer les autres est publié pour la première fois en 1937.
On pourrait penser qu’un livre aussi vieux est peut-être dépassé.
C’est vrai que parfois, une tournure de phrase ou une expression vous semblera peut-être drôle, mais soyez sûrs d’une chose:
les idées et les méthodes contenues dans ce livre sont toujours – et plus que jamais – d’actualité !

Le livre est construit à partir d’histoires des plus grands hommes du début du XXème siècle – l’auteur aborde d’ailleurs la puissance du story telling dans le chapitre 20, story telling qu’il utilise tout au long du livre.

 

Comment se faire des amis et influencer les autres, Dale Carnegie

Maintenant, explorons ensemble:

Partie 1: Trois techniques fondamentales pour influencer les autres

Chapitre 1. « Si vous voulez récolter le miel, ne bousculez pas la ruche »

La plupart des gens réagissent mal à la critique, les reproches ou les plaintes. Alors si c’est ce que vous ressentez pour quelqu’un, tournez 7 fois la langue dans votre bouche et ne dites rien.
Ainsi, vous évitez d’apporter une énergie négative, peu constructive, dans votre conversation – énergie négative qui peut très rapidement se retourner contre vous, et faire en sorte que les autres vous jugent mal et vous déconsidèrent.

Chapitre 2. Le grand secret des relations humaines

Parlez positivement des autres à chaque fois que vous en avez l’occasion.
Pensez à 2 ou 3 aspects positifs de chaque personne que vous connaissez, et exprimez ces aspects positifs dès que vous en avez l’occasion.

Chapitre 3. Qui en est capable a le monde avec lui, qui ne l’est pas reste seul

Créez l’intérêt chez l’autre, en le conduisant naturellement vers ce qui l’intéresse vraiment.
Prenez une lettre de motivation par exemple.

  1. Commencez par imaginez que vous démarrez votre lettre en écrivant « je veux ce travail parce que » puis vous ne parlez que de vous.
  2. … Maintenant imaginez que vous commencez votre lettre avec une première phrase qui parle de la société que vous visez, vous abordez ensuite leurs projets puis ce que vous savez de leur management et de leur réussite puis finalement vous commencez à décrire vos compétences à travers les expériences les plus en lien avec le poste que vous visez…

Quelle est selon vous l’approche la plus convaincante ?

 

Partie 2: Six moyens de gagner la sympathie des autres

Chapitre 4. Pour être partout le bienvenu

La conclusion de ce chapitre a été l’un des principes que j’ai eu le plus de mal à accepter.
Dale Carnegie explique que vous devez être, naturellement et fondamentalement, intéressé et attiré par les autres, ce qui n’est pas vraiment évident pour quelqu’un d’introverti comme je l’ai été.

En vérité, il s’agit simplement d’une curiosité et d’un intérêt sincère, consistant à vraiment écouter ce que les autres expriment, et y trouver tout ce qu’il y a de positif – et il y a toujours quelque chose de positif et constructif chez tout le monde, si on sait où et comment regarder, écouter, ou ressentir.

Chapitre 5. Un moyen facile de faire une bonne première impression

Tout ce que vous avez à faire c’est de sourire.

Oui, mais croyez moi, c’est souvent plus difficile qu’il n’y parait.
Concentrez-vous sur ce qu’il y a de positif, complimentez les autres sur tout ce que vous voyez: jolie chemise, chaussure, l’air en forme ou un simple bonjour amical et énergique.

Astuce: pensez  à quelque chose qui vous rend vraiment heureux, et visualisez-le en même temps – ça vous aidera à sourire, et à diffuser de l’énergie positive.

Chapitre 6. Si vous n’observez pas ce principe… tant pis pour vous

Si vous avez travaillé en entreprise, vous avez peut-être déjà remarqué que les bons managers appellent toujours les gens par leurs prénom – certains semblent même avoir développé une sorte de super-pouvoir qui les aide à se rappeler de plusieurs centaines de prénoms…

Ce chapitre explique que la majorité des gens est particulièrement sensible à l’usage de leur nom dans la bouche de leur interlocuteur.

Si comme moi vous êtes quelqu’un de particulièrement visuel, et que vous vous rappelez donc plus facilement du visage des gens mais beaucoup plus difficilement de leur nom/prénom – en général ils vous l’ont dit mais seul quelqu’un d’auditif peut s’en souvenir facilement en l’écoutant – trouvez un moyen de vous en rappeler pour les réutiliser lorsque vous les saluez.

Astuce pour les visuels: constituez vous un trombinoscope, en associant l’image ou la photo du visage des personnes avec leur nom.

Chapitre 7. Souhaitez-vous que votre conversation soit appréciée ? C’est très facile

Un principe très connu des femmes.
Ce chapitre explique à quel point être perçu comme un bon communicant repose principalement sur la capacité à vraiment écouter vos interlocuteurs.

Personnellement, c’est un aspect que j’ai naturellement développé – même les femmes me l’ont dit (rires) – étant donné ma timidité, écouter et m’intéresser aux autres m’est plus facile que de devoir parler de moi.

Chapitre 8. Comment intéresser les autres

La clé de ce chapitre est de transformer la conversation à partir de ce que vous entendez, pour aller chercher ce qui intéresse vraiment votre interlocuteur, et lui en parler.

Vous pouvez commencer par poser plusieurs questions générales, sur plusieurs sujets, jusqu’à ce que vous détectiez un sujet qui intéresse la personne, et sur lequel vous avez des choses à dire – le mieux étant évidemment de trouver un centre d’intérêt commun.

À ce moment là, à vous de jouer: embrayez et passez la seconde en parlant à votre tour de ce sujet pour créer une connexion entre vous et votre interlocuteur.

L’important ici est de ne pas commencer directement à parler de vos passions personnelles, mais bien de commencer d’abord par écouter et sonder votre interlocuteur pour savoir de quoi parler, et en ensuite seulement parler à votre tour.

Chapitre 9. Comment plaire instantanément

Vous voulez créer des liens solides avec quelqu’un ?
Simple: dites, montrez, et faites ressentir clairement à cette personne à quel point il/elle est important(e) pour vous.

La clé: créer un sentiment sincère et bienveillant partagé.

Une super façon de créer un tel état entre 2 personnes: introduisez 2 personnes que vous connaissez en présentant chacun d’eux à l’autre avec un compliment sincère, en particulier si vous savez qu’ils partagent un intérêt en commun.

 

Partie 3: Douze moyens de rallier les autres à votre point de vue

Chapitre 10. Que gagnez vous à argumenter ?

Evitez les disputes, tout simplement.
Bien sûr, l’art du débat entre passionnés peut-être extrêmement constructif, c’est d’ailleurs une méthode de communication utilisée par certains psychologues et coach – via la PNL et l’hypnose conversationnelle notamment.

En même temps, si vous ne maitrisez pas les bonnes méthodes de communication, et si vos interlocuteurs sont particulièrement attachés émotionnellement à leurs propos, tout désaccord de votre part sera la plupart du temps pris comme une agression et une énergie négative va se dégager instantanément d’un tel échange ce qui n’est pas du tout votre objectif.

Lorsqu’un désaccord fait son apparition, laissez le vous traverser, soyez d’accord et passez rapidement à autre chose.
Faites ça régulièrement et les autres vont commencer à vous considérer comme quelqu’un de sage et d’intelligent.

Chapitre 11. Un moyen infaillible de se faire des ennemis ! Comment l’éviter ?

Ce chapitre est lié au précédent et présente une méthode de communication simple et très utilisée en vente: ne jamais dire non !

La meilleure façon de se faire des ennemis est de leur dire qu’ils ont tort.

Au lieu d’être aussi direct, exprimez cela de manière positive en parlant de vous: « Je n’y avais jamais pensé avant » et posez des questions précises concernant le point de vue de votre interlocuteur.

Un exemple:
votre interlocuteur affirme que les tous marseillais supportent forcément l’OM et vous n’êtes pas d’accord.
Vous pouvez alors simplement répondre:
« Ah bon ? Je ne savais pas. C’est vrai que Marseille est une ville très orientée foot, tu as raison. Donc tu penses que tous les marseillais sans exception aiment le foot et tous sont forcément fan de l’OM  ? »

Il est possible de créer ainsi le doute chez votre interlocuteur qui se dira peut-être qu’il existe certaines personnes à Marseille qui ne s’intéressent pas au foot.
Mais peut être aussi que votre interlocuteur réaffirmera mordicus sa position.
Dans ce cas appliquez le principe du chapitre précédent: acquiescez et changez de sujet, après tout ce n’est pas si grave ! 😉

Chapitre 12. Que faire quand vous avez tort ?

Si il s’avère que vous avez tort – ça arrivera forcément – admettez le clairement.

Montrez que vous reconnaissez les faits (c’est une marque de sagesse) et ne cherchez pas à maquiller la réalité parce que cela serait alors simplement vu comme une marque d’Ego (c’en est) et d’arrogance et vous risquez de perdre en crédibilité par la suite auprès de vos interlocuteurs qui se mettront à douter de tous vos comportements.

Chapitre 13. C’est par le coeur que l’on parvient à l’esprit

Souvent, vous devez entrez dans des discussions où vous devez annoncer des mauvaises nouvelles ou délivrer un mauvais rapport.
Vous pouvez alors très bien vous en sortir en commençant par une dimension positive.

Exemple:
vous devez annoncer un résultat négatif à un test de performance réalisé par un membre de votre équipe.

Commencez d’abord par le féliciter à propos des aspects positifs de son travail:
les documents qu’il a remis à temps ce mois-ci, sa motivation évidente, ou même sa tenue vestimentaire – l’important est de lui faire plaisir.
Expliquez lui ensuite que le résultat de ce test de performance n’est pas suffisant pour réussir:
expliquez lui pourquoi et quand et comment il pourra repasser ce test avec succès en lui donnant 1 ou 2  conseils sincères pour améliorer son travail.

Chapitre 14. Le secret de Socrates

Si vous essayez de convaincre quelqu’un de votre position, commencez par énoncer quelques truismes – faits avérés et vérités générales admises par tous – et demandez lui si il est d’accord avec ces truismes (il le sera forcément) pour obtenir plusieurs « oui ».

Enoncez ensuite votre position personnelle.

Les américains connaissent cette méthode comme le « Yes set » – le principe de base est que quelqu’un qui a déjà commencé à dire « oui » sera plus à même de dire un autre « oui » et d’accepter les propositions suivantes.

Chapitre 15. La soupape de sécurité

Quand quelqu’un pleure sur votre épaule et se laisse aller à se plaindre de quelque chose, ne faites surtout pas l’erreur de vous opposer à lui et de commencer un débat rationnel ! – c’est le conflit assuré.

Laissez l’autre se vider de ses émotions et énergie négative – c’est une sacré marque de confiance de l’autre envers vous – et laissez le  parler.

Lorsque la personne en a terminé, vous pouvez alors commencer tranquillement à lui poser quelques questions pour lui permettre d’en parler plus en profondeur.

La plupart du temps cela permet à l’autre de commencer par bien ventiler les émotions négatives liées à la situation, et seulement ensuite de pouvoir appréhender les faits – avec vous, si le souhaitez – de manière plus détachée et objective, pour enfin arriver à une conclusion rationnelle et enfin solder le problème.

Chapitre 16. Pour obtenir la coopération d’autrui

Si vous le pouvez, guidez les en douceur vers la conclusion de la discussion.

Présentez toutes les idées les unes après les autres avec l’ensemble des faits et des preuves dont vous avez besoin puis terminez par un petit « qu’en penses-tu ? » (je fais souvent ça avec les gens avec qui je travaille).
Ecoutez alors ce qu’ils disent et incorporez leurs éléments à votre plan.

À la fin ils penseront que ces idées viennent d’eux et termineront la conversation avec un sentiment de satisfaction.

C’est notamment une excellente idée si vous vous adressez à un supérieur hiérarchique en entreprise, ou à un collègue plus âgé – ou un collègue tout court en fait !

Chapitre 17. Une formule pour accomplir des prodiges

C’est parfaitement normal de ne pas toujours bien comprendre, voir, entendre et ressentir à la place d’autrui.
Pourtant, c’est une des clés pour mieux se connecter à l’autre.

Être l’autre.

Prenez un moment.
Détacher vos chaussures. Enlevez les.
Enfilez maintenant les chaussures de votre interlocuteur.
Vous respirez maintenant par sa bouche. Vous voyez par ses yeux, entendez par ses oreilles.
Vous ressentez maintenant ce que ressent l’autre.

C’est une des meilleures solutions, de vous connecter à l’autre, de le comprendre, de l’aider et donc de vous en faire un ami:
laissez de cotés vos croyances, votre vision et vos filtres personnels et adoptez la posture de l’observateur totalement neutre,
puis entrez maintenant dans l’autre pour comprendre et ressentir en profondeur tout cet avoir et cet être qui constitue l’autre.

Chapitre 18. Ce que chacun désire

Inévitablement, quelqu’un va vous approcher avec une idée ou un désir tellement insoutenable pour vous que vous ne pourrez tout simplement pas approuver quoi que ce soit.
D’ailleurs cette situation vous est surement déjà arrivée, non ?

Dans cette situation, ne reniez pas vos valeurs et vos principes, restez fidèles à vous même mais montrez bien à votre interlocuteur que vous approuvez les émotions, sentiments et pensées à la base de ces idées et désirs.

De cette façon vous êtes suffisamment d’accord avec votre interlocuteur tout en restant dans le respect de votre axe personnel et donnez même à votre interlocuteur une opportunité de changer de direction dans la douceur.

Chapitre 19. Un appel apprécié de tous

Peu importe que vous pensiez qu’une réclamation est légitime ou non, vous pouvez toujours y répondre avec sincérité en faisant appel aux principes, valeurs et idéaux fondamentaux de la société humaine de ce qui est juste.

Cadrez votre réponse de telle sorte que les valeurs et principes fondamentaux de l’autre et son sens du bien et du mal entrent en jeu lorsqu’il écoutent votre point de vue.

Chapitre 20. Le cinéma le fait. La télévision le fait. Pourquoi pas vous ?

Si vous avez des grandes idées, pensez à comment vous pourriez les incorporer dans une histoire.

Il s’agit ici d’une des plus grandes techniques de communication – notamment largement utilisée par Warren Buffet, l’un des hommes les plus riches du monde – le story telling.

Incorporez vos idées, vos suggestions et votre objectif dans une histoire permet de faire passer le tout beaucoup plus facilement, agréablement et profondément à l’intérieur du cerveau de votre interlocuteur.

Créez une histoire simple, visuelle, colorée, harmonieuse et pleine de sens et d’émotions à laquelle vos interlocuteurs peuvent facilement s’identifier et vous identifier puis faites passer ainsi vos suggestions !

Connecter les idées à une fable fonctionne toujours – c’est la raison pour laquelle les contes existent depuis des millénaires.

L’auteur, Dale Carnegie, incorpore de nombreuses histoires des grands hommes du XXème siècle dans ce livre pour nous aider à imaginer et intégrer les différents principes du livre.

Chapitre 21. Pour déclencher une réaction

Si vous n’arrivez pas à rassembler vos idées et à faire fonctionner vos discours de motivations , passez à l’étape suivante: le défi !

Ca ne veut pas dire quelque chose comme « cap ou pas cap » ? – le film jeux d’enfants de Yann Samuel avec Guillaume Canet et Marion Cotillard est d’ailleurs un exemple drôle et exagéré de ce concept – mais faire ou dire quelque chose pour activer leur esprit compétitif.

En faisant ça bien, vous pouvez absorber plus rapidement vos interlocuteurs qui vont se concentrer sur votre objectif par esprit de compétition et envie de gagner – c’est jouer avec leur Ego de la bonne manière pendant que le chapitre 12 vous recommande justement d’oublier le votre.

 

Partie 4: Soyez un leader : neuf moyens de modifier l’attitude des autres sans irriter ni offenser

Chapitre 22. S’il vous faut corriger une faute, commencez ainsi

Si vous êtes sur le point de trouver un défaut dans les comportements d’une personne ou dans le fonctionnement d’une organisation, commencez une fois encore par parler des aspects positifs (cf chapitre 13) puis une fois que vous avez créé les émotions positives chez vos interlocuteurs vous pouvez alors commencer à critiquer ce qui peut être amélioré.

Vos interlocuteurs ont alors déjà abaissé leurs défenses et peuvent écouter librement vos arguments objectifs (restez le) pour construire avec vous les améliorations nécessaires.

Chapitre 23. Comment corriger les autres sans vous faire détester

Si vous devez critiquer quelqu’un ou quelque chose, vous obtiendrez de meilleurs résultats en critiquant indirectement,
en apportant une suggestion positive dans l’autre direction par exemple.

Disons par exemple que vous n’êtes pas tout à fait d’accord avec ce que j’ai écrit précédemment.

  1. Vous pouvez dire directement que ce n’est pas bien écrit, pointer les défauts et les erreurs et vous concentrer sur ce qui ne va pas.
  2. Vous pouvez également parler directement de l’amélioration en elle même et du résultat positif que cela va apporter, puis m’expliquer quels sont les remplacements et corrections que vous suggérez.

Quelle est à votre avis l’approche la plus efficace pour que nous réalisions ensemble les corrections ?

La seconde approche permet en effet à votre interlocuteur de voir et ressentir directement le positif que votre approche lui apporte et donc de lui faire accepter plus facilement votre point de vue.

Chapitre 24. Parlez d’abord de vos erreurs

Une autre méthode efficace de contourner les facteurs critiques est d’annoncer directement vos propres fautes et vos défauts !

Si vous dites haut et fort ce que la personne pense tout bas cela fait table rase et lui évite de ruminer ses doutes – ce qui soit dit en passant a pour effet de faire passer tout ce que vous direz et l’ensemble de vos actions à travers le filtre négatif du doute et de la méfiance.
En annonçant directement ce que la personne pense tout bas, vous apparaissez comme quelqu’un de droit et sincère – donc de confiance !

Par exemple, imaginez,
votre interlocuteur a des problèmes d’argent et vous voulez lui donner des conseils sur comment mieux gérer son argent.

Commencez par lui expliquer à quel point vous aussi avez eu de graves problèmes d’argent avant d’en venir à la méthode qui vous a permis de vous en sortir et que vous lui conseillez aussi.

Chapitre 25. Personne n’aime recevoir des ordres

Si vous avez besoin de demander à quelqu’un de faire quelque chose, au lieu de lui en donner l’ordre, posez lui plutôt quelques questions à propos du problème à résoudre et guider le vers la ou les solutions auxquelles il peut participer.

En impliquant quelqu’un grace à des questions/réponses, ce quelqu’un va non seulement réaliser les actions voulues, mais surtout il va se sentir motivé et responsable de cette solution parce qu’il sent qu’elle vient – en partie – de lui.

Chapitre 26. Comment ménager l’amour-propre de votre interlocuteur

« Garder la face » est quelque chose d’extrêmement important, voire critique en Asie du nord – Chine, Corée, Japon.
Quelqu’un à qui vous feriez perdre la face en publique pourrait vous en vouloir à mort.

Si vous critiquez une personne – même en privé – laissez à celle-ci le temps et l’espace de corriger elle même ses dérives – et de se sauver ainsi « la face ».
Laissez lui donc corriger son erreur elle même ou donnez-en lui l’opportunité d’abord.

Vos croyances sont peut-être que détruire par vous même le problème est plus efficace,
simplement,
en laissant à cette personne et cette situation une chance de se solutionner par eux-mêmes, non-seulement vous apparaissez plus juste à la personne en question, mais en plus vous apparaissez plus humain et êtes considéré comme un digne leader par tous les autres.

Chapitre 27. Comment stimuler les hommes

A chaque fois que quelqu’un montre un signe d’amélioration, montrez clairement à cette personne – et à tous les autres – que vous avez remarqué ce changement positif et que vous en êtes admiratif.

Je me rappelle d’une expérience en entreprise où les opérateurs devaient mettre en route plusieurs « unités » par jour.
Les opérateurs terminaient la mise en route de 8 unités en moyenne par jour.
Une personne en particulier travaillait studieusement mais n’arrivait qu’à un chiffre de 5 seulement par jour.

Cette personne étant particulièrement proactive, elle en avisa un superviseur et ils mirent au point une nouvelle technique qui lui permit d’arriver à 6 unités par jour, puis 7 le dernier jour de la semaine.

Le patron mit un point d’honneur à féliciter cet opérateur en réunion, annonçant fièrement qu’il avait multiplié sa productivité par plus de 120%,  même si il était toujours le moins efficace de la société.

Subitement, cet opérateur atteint le chiffre de 8 unités par jour – rejoignant ainsi la moyenne de l’entreprise – parce qu’il avait enfin vraiment commencé à croire qu’il en était capable !

Chapitre 28. Comment inciter l’autre à se dépasser

Lorsque vous mettez en relation quelqu’un, ou l’introduisez dans un groupe, présentez-le toujours en exagérant.

Donnez aux autres un standard élevé lorsque vous les introduisez et ils se dépasseront pour atteindre le standard que vous avez défini pour eux.

L’inverse est aussi vrai; si vous ne dites pas grand chose, ou critiquez négativement les personnes que vous introduisez, ils se contenteront – voire se rabaisseront – au standard médiocre que vous avez défini pour eux.

Chapitre 29. Comment favoriser les progrès

Si vous donnez des conseils à quelqu’un, pour qu’il corrige un problème ou un défaut, cherchez à rendre le problème facile à corriger.

Offrez un maximum de guides et d’étapes, qui semblent faciles à franchir, et permettez à cette personne de croire que toutes les étapes sont faciles, et qu’elle peut vraiment le faire !

À l’inverse, en rendant la solution difficile à atteindre dans les croyances de votre interlocuteur va lui donner l’impression qu’elle n’y arrivera jamais et la précipiter vers l’échec.

Chapitre 30. Comment motiver

Quand vous connaissez bien une personne, vous savez à quels niveaux se situent ses zones de fierté et d’orgueil.
Quand vous demandez à cette personne quelque chose, soyez sûr qu’elle sente bien le rapport entre ce dont elle est fière, et ce que vous lui demandez.
Faites-lui également des compliments à ce propos.

Présentez la chose dans son ensemble et expliquez à quel point ce que vous demandez représente une pièce vitale du puzzle.
Faites cela et les gens seront très heureux d’accéder à vos demandes.

 

Acheter ou ne pas acheter ?

 

Lorsqu’il a 15 ans, Warren Buffett découvre une copie de Comment se faire des amis et influencer les autres de Dale Carnegie dans la bibliothèque de son grand père.

A cette époque, le jeune Buffet a du mal à s’intégrer dans son lycée.

Warren décide d’appliquer les outils du livre et découvre peu à peu que ça marche ! Même si il ne devient pas le charmeur de ces dames, Warren intègre peu à peu ces nouveaux comportements profondément en lui.

Aujourd’hui, Warren Buffet est le troisième homme le plus riche du monde dans le classement Forbes avec 72,7 milliards de dollars.

Si vous êtes timide et solitaire comme je l’étais, et que vous avez des difficultés à communiquer avec les autres où à mener des conversations, achetez ce livre ! (cliquez ici)

Passez du temps à appliquer consciencieusement chaque principe et astuce de ce livre.

Quand vous aurez commencé à appliquer les enseignements de ce livre, vous vous surprendrez rapidement à vraiment échanger avec les autres, au lieu de de vous sentir nerveux et inconfortable, simplement parce que vous avez plusieurs solides bases sur comment commencer et comment continuer une conversation de qualité.

Comment se faire des amis et influencer les autres, Dale Carnegie

Soyez sûr que même si ce livre existe depuis longtemps, le contenu est extrêmement actuel – et reprends même des principes et techniques de communication, comme la PNL et l’hypnose conversationnelle, arrivés très récemment en France.

Il y a une raison simple pour laquelle ce livre est toujours publié depuis plus de 75 ans: c’est parce qu’il marche vraiment ! – du moins il a marché pour moi… et pour Warren Buffet !

D’un autre coté, si vous n’avez aucun problème à communiquer avec qui que ce soit – et que vous n’entrez jamais en conflit avec les gens – ce livre ne vous aidera probablement pas beaucoup.

Maintenant, je vous suggère une chose, c’est de vous procurer le livre.

Ce livre est resté constamment publié pendant plus de 75 ans, la plupart du temps en version papier, vous avez donc des chances de tomber sur une version d’occasion assez facilement.

Cliquez ici pour acheter le livre

Et vous ?

Vous avez lu ce livre ? – qu’en avez-vous pensé ?
Laissez-nous un petit mot dans les commentaires 😉

Tags: , ,


À propos de l’auteur

passionné et principal auteur bénévole des articles et revues des livres pour réussir. Double diplômé ingénieur Arts et Métiers et UPV Bilbao, trilingue anglais-espagnol, il sait s'exprimer également en chinois mandarin, en russe et en italien. C'est également un modèle de détermination. Il n'a pas peur de faire des choix difficiles, et de s'y tenir dans la durée. Comme il l'explique sur son blog, sa méthode est basée sur la persévérance, et son histoire en est un exemple qui devrait figurer dans les livres : Quand il a commencé le développement de sa carrure, il ne pouvait pas faire plus de trois pompes ! Et pourtant il est aujourd'hui Karatéka, et les femmes l'appellent "Bruce Lee" ! La clé de son succès ? Il a continué à faire des pompes, toujours plus, chaque jour, sans exception depuis ses 15 ans, et pendant des années. Avec ce genre de méthode, ce n'est pas étonnant de réussir... Même si on peut être impressionné par son caractère, son parcours international, et ses nombreux voyages, son arme la plus puissante est celle qu'il brandit sur sa photo : la plume ! Frédéric est un artiste, curieux et créatif, qui a un besoin insatiable de créer et d'apprendre. Comme beaucoup de gens, il a investi énormément d'efforts et de temps pour trouver ce qu'il voulait faire, et comment y arriver. Au bout de son chemin, il découvre son véritable objectif : Apprendre, comprendre et transmettre. Aujourd'hui freelance, indépendant, son objectif est de devenir réellement inter-dépendant avec, pour et par les autres et de contribuer, donner, échanger pour s'unir avec le monde.



17 Responses to Comment se faire des amis et influencer les autres – Dale Carnegie

  1. Gérald says:

    Superbe résumé, bravo !

    Je trouve que le titre du livre est un peu trompeur.
    Il parle d’influencer, en fait ça consiste surtout à faire en sorte que l’autre se sente bien.

    • Barney says:

      Non, le titre est très correct. Il faut se pencher sur le terme « influencer » pour comprendre ce qu’il en est.
      Influencer, c’est avoir un impact sur l’autre. Tout le monde influence tout le monde, de par sa simple présence. L’idée est donc de comprendre comment on influence les autres, puis de comprendre ce qu’on veut des autres (le but de la communication) et enfin de mettre tout ça en oeuvre.
      Ainsi, Dale Carnegie nous donne des bases de savoir être afin de se faire apprécier et obtenir la confiance des gens, chose fondamentale pour ensuite obtenir leur coopération dans l’atteinte d’objectifs, quels qu’ils soient.

  2. jc says:

    Un super livre à lire absolument !
    merci

  3. Lannoy says:

    Ce qui est bien dans ce livre c’est qu’il présente un vrai savoir être !

    Il n’y a pas que des techniques superficielles comme dans trop de livres de soit-disant « développement personnel », ici on apprends vraiment à se faire apprécier et à développer des qualités de leader.

    Si vous intégrez à 100 % les principes contenus dans ce livre vous vous ferez des amis.

  4. Cloud says:

    Je viens d’acheter le livre après avoir lu cet article.

    Merci pour le résumé qui aide à se rappeler des principes essentiels sans avoir à tout relire 🙂

    Je suis quelqu’un de très attaché à l’efficacité et j’ai l’habitude d’être très direct ce qui m’a parfois causé des problèmes et grâce à ce livre je comprends comment mieux m’y prendre quand je communique avec les autres.

    Je suis par contre d’accord avec Gérald, le titre est quand même sacrément racoleur et pas vraiment adapté au contenu du livre.
    Si vous ne l’avez pas lu, ne vous fiez pas au titre, le contenu est vraiment intéressant !

    Bonne continuation et merci pour ce travail !

  5. Fanny says:

    Livre excellent qui a vraiment changé ma vie depuis que j’applique les principes de Dale Carnegie

  6. Stef says:

    Bonjour et merci de nous résumer ce livre que j’ai lu et qui est vraiment formidable même si après l’avoir fini j’ai eu envie de prendre du recul pour laisser ma spontanéité s’exprimer…
    Grace à ce livre j’ai changé mes relations mais j’essaye aussi de toujours les garder authentiques 🙂

  7. Barney says:

    Bien que les grandes lignes du livre soient détaillées ici, il manque tout de même à minima une remarque sur la façon dont est construit le livre, à partir d’histoires des plus grands hommes du début du XXème siècle. Les enseignements ne passeraient pas de la même façon sans la maitrise qu’a l’auteur – et plus généralement les américains – sur le storytelling. C’est vraiment ça qui rend ce livre fascinant!

    • Fred says:

      Bonjour Barney et merci pour ton commentaire très pertinent !

      Tu as raison, Dale Carnegie fait passer ses messages en utilisant des outils efficaces, le story telling en est un – certainement le plus puissant d’ailleurs !

      Et puis la notion d’autorité dégagée par ces histoires des plus grands hommes du début du XXème siècle permet d’agréer encore plus facilement aux justes principes énoncés dans ce livre.

      – je rajoute cette notion en introduction de l’article.
      Merci à toi !

  8. ousseyn trahore says:

    bon livre

  9. Cloclo says:

    Très bon livre que j’ai lu il y a des années et qui m’a aidé à aimer 🙂

    J’ai du caractère et lire ce livre m’a permis de mieux concilier ma personnalité avec celle des autres.

    Merci pour ce rappel!
    Cloclo ^^

  10. Diaz raphael says:

    Merci beaucoup pour se résumer. Je vais donner rapidement le mien également et rejoindre ainsi ta vision pour motiver les lecteurs :

    Influencer
    – Pas critiquer ou se plaindre
    – Faire des compliments sincères et honnêtes
    – Motiver en parlant de ce qui intéresse l’autre, ce qu’il (elle) veut

    Sympathie
    – Intérêt réel pas forcé
    – Sourire
    – Se rappeler des prénoms
    – Ecouter et encourager l’autre à parler
    – Parler à l’autre juste de ce qui l’intéresse
    – Faire ressentir à l’autre son importance

    Rallier les autres à soi
    – Eviter les débats, controverses, confrontations, etc
    – respecter les opinions de l’autre même s’il a tord selon vous
    – Si vous avez tord, admettez le vite et avec énergie
    – commencer toujours de manière amicale même avec vos ennemis
    – posez des questions qui font dire oui
    – Laisser parler votre interlocuteur et ne pas le couper
    – Laisser croire à l’autre que l’idée vient de lui
    – Regarder les choses de son point de vue
    – Accueillez avec sympathie ses idées et désirs (même si vous ne les acceptez pas au final)
    – Faites appels aux sentiments élevés
    – Démontrez spectaculairement vos idées pas seulement avec des mots
    – Lancez des défis

    Modifier l’attitude de l’autre
    – Faire des éloges sincères
    – Faire remarquer les défauts de manière indirecte
    – Parler de vos erreurs avant de critiquer celles des autres
    – Poser des questions à la place d’ordre direct
    – Laisser toujours votre interlocuteur sauver la face s’il se trompe
    – louez les progrès
    – Donner une belle réputation à mériter
    – encouragez
    – rendez les autres heureux de faire ce que vous voulez

    • Fred says:

      Bravo Raphaël !

      Tu as fait là un excellent listing des principes de Dale Carnegie dans son livre « Comment se faire des amis et influencer les autres ».

      Beau boulot merci ! 😉

  11. ZINHEK says:

    Bonjour Fred, merci pour ce résumé très réussi ! J’aimerais vous offrir mon nouveau livre sur le développement personnel (notamment sur les relations interpersonnelles), avez-vous une adresse mail? Sincères salutations
    Charles ZINHEK

  12. Muzeze Kapenda Gilbert says:

    J’ai le plaisir de m’affilier à vous afin de gagner les commissions si c’est possible ‘aidez moi et orientez moi s’il vous plaît.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut ↑