Les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi même – Lise Bourbeau

Bonjour !
et Bienvenue pour cette nouvelle synthèse d’un livre pour réussir.

Les cinq blessures qui empêchent d'être soi-même, Lise Bourbeau
Les livres-pour-reussir.fr vous offre chaque semaine un résumé structuré, clair et critique d’un nouveau livre pour mieux vous organiser, communiquer, travailler, investir et vous éveiller.

Cette semaine le livre qui vous permet de réussir est un livre fondamental de psychologie et développement personnel.
Ce livre vous explique quelles sont les différentes blessures psychologiques qui se construisent dès l’enfance, en quoi elles vous empêchent de réussir dans la vie et comment les guérir pour accomplir et réussir de dont vous avez vraiment envie dans la vie.

Les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi même, de Lise Bourbeau

Imaginez.
Le mois de Mars à Paris.
Le ciel est bleu et le soleil brille.

Le Trocadéro, juste devant la Tour eiffel, la femme que j’aime, et moi.
Elle vient de répondre « oui » à ma demande en mariage.
Tout va vraiment pour le mieux, comme dans un rêve.

Pourtant, dès ce soir, j’ai peur.
J’ai peur de la perdre. J’ai peur qu’elle ne me quitte.

6 mois plus tard c’est fini. Tout ça n’est plus qu’un souvenir.
C’est bien sur moi qui ai tout provoqué – enfin, plutôt, ma blessure.

Quand vous aurez finis de lire cet article et Les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi même, de Lise Bourbeau, vous saurez quelle était cette blessure et comment j’ai réussi à la guérir grace à ce livre…

 

Les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi même, de Lise Bourbeau est un livre que j’ai découvert il y a quelques années et qui a littéralement changé ma vie !

Nous possédons tous au moins une des 5 grandes blessures décrites dans ce livre – et la plupart d’entre nous en possèdent plusieurs.

Ces blessures, toujours profondément ancrées dans notre inconscient, déterminent en grande partie certaines croyances, émotions et nos réactions – le plus souvent négatives – face à notre environnement.

Réfléchissez,
y a t’il quelque chose, une situation qui semble récurrente, des évènements désagréables qui vous arrivent beaucoup trop régulièrement, une réaction que vous avez eu et avez peut-être toujours et qui ne vous apporte pas ce dont vous avez vraiment besoin ?

Vous aussi, vous avez peut-être encore des blessures d’enfance à soigner et c’est toujours le bon moment d’en savoir plus sur soi, vous ne croyez pas ?

Ce livre  est le résultat des travaux du psychiatre américain John Pierrakos qui a cartographié ces 5 traumatismes et surtout à fait le lien entre chaque blessure et le développement corporel et l’apparence extérieure du sujet.
Lise Bourbeau a repris ces travaux pour en faire un livre: Les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi même.

Les cinq blessures qui empêchent d'être soi-même, Lise Bourbeau

Maintenant, explorons ensemble:
Les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi même, de Lise Bourbeau.

 

1. La blessure Du rejet – le Masque du fuyant

Cette blessure provoque une sensation de rejet permanent et une remise en cause de votre droit d’exister – elle est lié au manque d’amour ou au rejet de la part d’un parent.

Nous appelons le sujet de la blessure du rejet: « le fuyant ».

L’origine de la blessure du rejet est que le fuyant ne s’est pas senti accepté et accueilli par son parent du même sexe.
Il recherche donc sans cesse l’amour de ce parent ou en transfère son désir d’amour vers d’autres personnes du même sexe.

La moindre remarque ou critique de ce parent est vécu comme une attaque, puis survient rapidement la rancune, parfois la haine.

Pour se protéger, le sujet se construit un masque qu’il se met à porter en permanence: comme une armure, son masque est censé l’empêcher de souffrir.
C’est justement là qu’est l’erreur: un tel comportement est justement ce qui va créer l’ensemble des évènements de rejets et/ou rupture et renforce donc les croyances qui alimentent à leur tour les émotions et les comportements, etc.
C’est exactement ce qui m’est arrivé avec mon ex-fiancée.

Physiquement, le fuyant possède un corps mince et étroit comme si le fuyant ne voulait pas utiliser trop d’espace.
Le fuyant ne croit pas à son droit à l’existence: toujours dans la lune, il s’enferme dans son monde imaginaire.
Le fuyant ne s’attache pas au matériel et l’argent ne lui apporte aucun plaisir: il le dépense uniquement quand c’est nécessaire.

Le fuyant sabote inconsciemment ses relations et prends toujours la fuite parce qu’il croit ne pas pouvoir apporter le bonheur aux autres.
C’est un cercle vicieux: lorsque le fuyant est choisi, il se rejette lui même et sabote sa relation, lorsqu’il n’est pas choisi il se sent rejeté par les autres.

Le fuyant se pense totalement incompris: il ne donne pas son opinion de peur d’être contredis et donc rejeté, il croit toujours déranger les autres et vit dans la peur des autres – il se dévalorise sans arrêt.
Son objectif est simple: chercher la validation des autres.

Le fuyant est seul parce qu’il recherche la solitude jusqu’à devenir invisible.

Une autre caractéristique du fuyant est la recherche de la perfection dans tout ce qu’il fait car il croit que s’il fait une erreur il sera jugé donc rejeté.

La réaction spontanée du fuyant est de disparaitre: changer d’endroits, fuir.
Il croit que de cette manière les autres ne le voyant plus il est à l’abris de la souffrance du rejet parce qu’il a lui même décidé de ce propre rejet.

La cause fondamentale de cette blessure vient de l’incapacité à se pardonner et à pardonner aux autres.

Pour guérir de cette blessure du rejet et enlever son masque de fuyant, le sujet doit affronter sa peur de l’autre:
se pardonner et pardonner aux autres et s’affirmer dans un groupe, et enfin s’accepter et accepter que l’on puisse l’aimer.

Le fuyant en résumé

Symptômes: 

  • fuit l’investissement et l’attachement et reste à l’écart des autres
  • est très perfectionniste
  • se dévalorise
  • ne se reconnait pas le droit d’exister
  • s’exprime peu et le plus souvent pour se valoriser
  • évite la confrontation et les situations ou il y a risque de rejet
  • se rejette soi même si il a été choisi comme ami(e) ou conjoint(e).  

Comment guérir:

  • se pardonner:  pardonner ses actions passées, nos manques et nos erreurs.
  • pardonner aux autres: pardonner leurs attitudes de rejet et leurs façon se s’accorder trop d’importance.
  • cesser de fuir et affronter la peur et les situations de rejet.

La question à se poser:

 « A-t-on vraiment besoin de la validation des autres pour avoir le droit de vivre ? »

2. La blessure de l’abandon – le masque du dépendant

La blessure de l’abandon est du à un manque de communication de la part du parent de sexe opposé pendant l’enfance.
Le parent de sexe opposé semble trop absent en comparaison de l’autre parent qui prend alors toute la place pour l’enfant.
C’est un traumatisme qui trouve ses racines chez l’enfant de 2 ans.

Face à la blessure de l’abandon, le sujet se construit le masque du dépendant.
Physiquement, le dépendant manque de tonus: les muscles sont peu développés.
Le dépendant a de grands yeux au regard triste – ce regard cherche inconsciemment à attirer l’autre.

Le dépendant croit qu’il ne peut arriver à rien par lui même et qu’il a toujours besoin de quelqu’un pour le supporter et l’aider.

Le dépendant est particulièrement apte à devenir une victime, il se crée des difficultés de toutes sortes, principalement des problèmes de santé – inconsciemment pour attirer l’attention des autres et recevoir un support.

Le dépendant se plaint et dramatise beaucoup – tout est propice à un appel au secours pour attirer l’attention – tous ses problèmes ne sont rien en comparaison de l’émotion créée lorsqu’il se croit abandonné.

Le seul objectif du dépendant est de se sentir – psychologiquement – soutenu par les autres, il se sent alors aidé et aimé.

Le dépendant n’est pas capable de réaliser quoi que ce soit tout seul et veut toujours à minima l’approbation d’un autre pour prendre une décision.

Le dépendant a tendance à avoir une petite voix et à poser beaucoup de questions, il n’accepte pas le refus et insiste pour obtenir de l’aide, jusqu’à aller à faire du chantage et manipuler l’autre pour obtenir son attention.

Le dépendant passe par des périodes émotionnelles opposées: heureux et comblé et tout à coups malheureux et triste – ces états instables sont liés à sa peur fondamentale de solitude.
Les verbes « partir » et « laisser » provoquent souvent des réactions émotionnelles violentes chez le dépendant.

Le dépendant est souvent triste et se laisse facilement aller aux pleurs, surtout lorsqu’il repense et parle de ses expériences négatives – il accuse facilement les autres de l’abandonner en cas de problème.
Le dépendant ne prends pas conscience qu’il agit lui même de cette manière avec les autres et avec ses projets.

Le dépendant cherche des appuis physiques: debout, il s’appuie au mur par exemple, et le dépendant s’accroche littéralement à la personne aimée.
En amour, le sexe est un moyen de garder l’autre – le dépendant veut se sentir désiré et se croit ainsi plus important.
Ainsi, le dépendant est très attaché au sexe qu’il pratique même lorsque l’attraction n’est pas là – tout est prétexte à se sentir désiré.

Le dépendant est souvent malade, il développe parfois des maladies extrêmes: rares et profondes.
Hystérie et dépression sont des symptômes émotifs très bruyants, caractéristiques du dépendant.

La blessure de l’abandon est liée au parent du sexe opposé et le dépendant continue inconsciemment à relier sa blessure aux personnes de sexe opposé ce qui complique fortement les relations amoureuses hétérosexuelles.

Se pardonner et pardonner aux autres est fondamental pour guérir de la blessure de l’abandon.

La blessure d’abandon est guérie quand on se sent bien seul et que l’on n’a plus besoin d’attention extérieure pour se sentir exister.

Le dépendant en résumé

Symptômes: 

  • recherche sans cesse l’aide et l’attention des autres
  • dramatise chaque (petit) problème
  • peur de la solitude: évite (retarde) à tout prix les séparations
  •  en veux aux autres de le laisser tomber
  •  accepte difficilement le refus et à tendance à insister
  • hystérie
  • myopie (difficulté à voir loin) – lié à la peur de l’avenir et surtout d’y faire face seul

Comment guérir:

  • se pardonner d’avoir été abandonné et pardonner aux autres de l’abandonner
  • se donner le droit et accepter d’abandonner et d’être abandonné
  • ne plus chercher l’attention des autres
  • se sentir bien en étant seul

La question à se poser:

« A-t-on besoin du soutien et d’aide extérieure pour vivre et accomplir nos objectifs ? »

 

3. La blessure de l’humiliation – le masque du masochiste

La blessure de l’humiliation est due à la réaction de honte des parents face à un évènement vécu par l’enfant – un évènement simple comme se faire remarquer en public ou se salir, vécu par les parents comme une humiliation ou une honte de leur enfant.

Inconsciemment, l’enfant se sent pervers, malsain et sans coeur, et s’en veut.

Cette blessure se construit chez l’enfant entre 1 et 3 ans, à la période d’apprentissage fondamental: apprendre à manger seul, à être propre, à écouter et comprendre les paroles des adultes.

Lorsque l’enfant sent qu’un de ses parents à honte de lui, l’enfant se sent rabaissé, dégradé, comparé et honteux à son tour – la blessure de l’humiliation se construit la plupart du temps avec la mère.

L’enfant se construit alors le masque du masochiste – personne qui trouve du plaisir dans la souffrance psychologique et/ou physique – et recherche (inconsciemment) la douleur et l’humiliation, et s’arrange parfois pour se punir seul.
Physiquement, le masochiste développe un corps qui lui fait honte: trop gros – si une seule partie du corps est très grosse, cela peut indiquer une blessure de l’humiliation moins importante.

Le masochiste veut se montrer solide: il prends des responsabilités et prends soin des autres – et se sacrifie complètement.

Le masochiste, plus que d’aider les autres, cherche à se créer des contraintes et des obligations – en aidant les autres il espère ainsi ne pas leur faire honte même si il se sent humilié de se sacrifier pour eux.
Le pire c’est qu’en faisant tout pour les autres, il les rends dépendants de lui et donc crée parfois aussi en eux un sentiment d’humiliation.

Le masochiste prends beaucoup de place: physiquement et moralement.

La mère du masochiste a énormément d’emprise sur lui – il va tout faire pour ne pas lui faire honte.

Le masochiste ne sait pas exprimer ses sentiments et ses besoins par peur d’en avoir honte ou de faire honte – il est pourtant hypersensible, tout l’atteint, il fait donc tout pour ne pas blesser les autres.
Le masochiste se croit responsable de tout ce qui arrive aux autres et à ceux qu’il aime – il alterne entre honte et culpabilité.

Le masochiste est souvent un maître de l’autodérision: particulièrement doué pour faire rire les autres et se tournant lui même en ridicule (c’est la forme la plus puissante de l’humour) – même si ici c’est surtout une nouvelle façon de faire plaisir aux autres en s’humiliant, et c’est une façon très habile de cacher aux autres sa honte de lui même.

Le masochiste se sous estime et se dévalorise, il se sent impuissant face à ceux qu’il aime, ne sait pas se défendre face aux reproches même lorsque ce n’est réellement pas sa faute – se croyant toujours coupable de tout, il s’excuse et corrige les fautes des autres.

Il ne sais pas gérer la liberté – lorsque personne ne regarde, le masochiste sombre rapidement dans l’excès: boisson, nourriture, achat, travail – et se sent à nouveau humilié, la liberté lui font donc particulièrement peur et il s’arrange inconsciemment pour ne pas être libre en se créant contraintes et obligations face aux autres.

Sexuellement, toute cette honte empêche le masochiste de se laisser aller au plaisir.
Il bascule dans les relations sexuelles humiliantes, perverses et honteuses et se rabaisse face à son/sa partenaire.

Les maux et maladies les plus fréquentes du masochiste sont:

  • maux de dos
  • problèmes respiratoires
  • soucis de foie
  • maux de gorge , angine , laryngite
  • problèmes cardiaques

La solution est simple:

1. commencer par prendre conscience de à quel point le masochiste à honte de lui même ou des autres et de toutes les fois où il s’humilie et se rabaisse gratuitement,

2. pardonner aux autres et à soi même, s’accepter et pouvoir enfin commencer à s’aimer.

Le masochiste en résumé

Symptômes: 

  • recherche de la douleur et de l’humiliation inconsciemment
  • se fait mal ou se puni avant que quelqu’un ne le fasse
  • cherche à être responsable des autres et se crée des contraintes et obligations
  • rabaisse les autres et les humilie en leur faisant sentir que sans lui ils ne peuvent y arriver seuls
  • se sent impuissant face à ceux qu’il aime et sont proches de lui
  • a des difficultés à s’amuser et s’accuse de trop en profiter
  • hypersensibilité, dévalorisation, culpabilité.

Comment guérir:

  • prendre conscience de à quel point on a eu honte de soi-même ou des autres et combien certains ont pu avoir honte de nous,
    lâcher prise, se détacher pour observer et accepter les faits sans se voiler la face
  • prendre en compte ses besoins avant d’aider les autres et ne pas les humilier en faisant tout à leur place
  • se rendre compte de à quel point on se rabaisse et on se rend indigne injustement, sans aucune raison valable
  • pardonner aux autres et à soi-même afin de s’aimer.

La question à se poser:

« A-t-on vraiment besoin de plaire pour vivre ? »

 

4. La blessure de la trahison – le masque du contrôlant

La blessure de la trahison est liée aux relations parentales: elle se déclenche chez l’enfant qui est témoin d’un rapport dévalorisant ou de maltraitance de la part du parent du sexe opposé sur le parent du même sexe.
Cette blessure se développe chez l’enfant âgé de 2 à 4 ans: c’est le moment où l’énergie sexuelle se construit – c’est aussi à cette période que se construit le complexe d’Oedipe.

La période Oedipienne consiste à prendre conscience du rapport entre les 2 parents et de l’importance du père  – sans qui sa naissance n’aurait pas été possible – l’enfant développe alors un nouvel intérêt pour le parent de sexe opposé.
C’est ainsi que les petites filles essayent de séduire leur père et que les petits garçons leur maman: ils font tout pour obtenir l’affection et essayer de protéger le parent de sexe opposé.

Si le parent du même sexe blesse le parent de sexe opposé, l’enfant vit cela très difficilement.
Le complexe d’Oedipe est mal vécu lorsque la mère est trop possessive de son fils et le père de sa fille – le complexe d’Oedipe est d’autant difficile à résoudre que le père a été dévalorisé par la mère.

Plus tard, l’adulte compare inconsciemment son/sa partenaire au parent de sexe opposé et a du mal à se laisser aller par peur d’une trahison de l’autre.
L’enfant se sent trahi par son parent de sexe opposé et emmène avec lui ses ressenti dans ses rapports amoureux et sexuels.

Le masque créé pour se protéger de la blessure de trahison est le masque du contrôlant.
Le physique du contrôlant est solide, empli de force et de pouvoir, il suggère aux autres des valeurs de responsabilité et de confiance:
large épaules, torse bombé.
Chez la femme, ce sont les hanches qui sont plus larges.

Le contrôlant a une grande présence physique, son regard est intense et séducteur, ils voit les choses rapidement et sait faire sentir ceux qu’ils regardent comme important ou au contraire sait les garder éloigné selon le cas.
Le contrôlant se protège surtout pour masquer sa faiblesse, sa vulnérabilité et son impuissance.

Le contrôlant ne supporte aucune preuve de paresse ou de lâcheté – ni chez lui, ni chez les autres.

Possédant une forte personnalité, le contrôlant s’affirme, à la fois physiquement et psychologiquement, ses opinions sont fermes et tranchées – il est souvent convaincu d’avoir raison, affirme son point de vue de façon catégorique et veut convaincre les autres.

Le contrôlant agit et comprends rapidement, n’hésitant pas à couper ses interlocuteurs pour s’exprimer – il ne supporte pas les situations et les gens plus lents.
Le contrôlant peut s’énerver facilement face à des situations trop lentes, ou sur lesquelles il n’a pas le contrôle, voir êtres lunatique: bienveillant et attentionné, un incident minime peut rapidement le mettre en colère.

Le contrôlant veut prévoir l’avenir pour garder le contrôle sur tout ce qui lui arrive, il aime arriver en avance – il n’aime pas les retards et les retardataires, surtout les personnes du sexe opposé avec qui il s’énerve plus facilement.

Déléguer lui est difficile, il est tout le temps en train de vérifier pourtant il n’aime pas expliquer.

Le contrôlant n’aime pas se confier aux autres et cache ses sentiments pour afficher une facade courageuse, forte et brave afin de dominer et manipuler les autres.
Il utilise les confidences des autres et tout levier comme le mensonge pour contrôler les choses et les gens – sa réputation est essentielle.

Le contrôlant veut être parfait: physiquement, psychologiquement et intellectuellement – il a la faculté d’apprendre énormément de choses.

La plus grande peur du contrôlant est la rupture qu’il vit comme une trahison – la seconde est le reniement, être relié signifie pour lui être trahi.
Pourtant le contrôlant perd facilement confiance en quelqu’un et renie facilement ses proches.

Le contrôlant est séducteur: toute relation doit commencer par une séduction qu’il a lui même choisi et mené au bout.
Le contrôlant aime que la relation sexuelle vienne de lui/d’elle et peut aller jusqu’à harceler l’autre si celle/celui-ci se refuse à lui/elle.

Ses interactions avec les autres sont donc basées sur la force, la domination et la manipulation, voire la séduction un certain temps … Il a beaucoup de mal à pardonner et à faire confiance aux autres.

Pour guérir, le contrôlant doit commencer par prendre conscience de sa blessure de trahison, puis accepter les autres et leur pardonner.
Il doit lâcher prise sur le monde et accepter que tout ne passe pas toujours comme prévu.

Le contrôlant en résumé

Symptômes: 

  • se protège pour ne pas montrer ses faiblesses, sa vulnérabilité et son impuissance
  • cherche à planifier et maîtriser l’avenir et n’arrive pas à accepter que cela ne se passe pas comme prévu
  • séduit, déforme la vérité, manipule, se concentre sur le pouvoir
  • hyperactif, impatient, orgueilleux, tient à sa réputation
  • vit tout acte de lâcheté, peur, faiblesse comme une trahison aussi bien chez lui que chez les autres
  • ne dévoile pas ses sentiments
  • évite de se mettre dans des situations de confrontation où il n’a pas le contrôle
  • a du mal à lâcher-prise
  • se met en colère et devient agressif, mais s’imagine comme une personne forte,
    la perte de sang froid est vue comme l’expression de sa personnalité
  • lunatique: plein d’amour et d’attention envers les autres puis colérique
  • admet difficilement ses peurs et ses erreurs.

Comment guérir:

  • prendre conscience de sa blessure et l’accepter
  • se pardonner et pardonner aux autres
  • ne plus vouloir tout contrôler – lâcher prise
  • ne plus vouloir sans cesse démontrer sa force et sa réussite pour se rassurer
  • cesser de chercher à « être » en essayant d’impressionner les autres.

La question à se poser:

« Laisserions-nous une peur diriger notre vie ? »

 

5. La blessure de l’injustice – le masque du rigide

Cette blessure se construit chez l’enfant entre 4 et 6 ans lorsque ses parents sont autoritaires, froids et sévères.
L’enfant vit son incapacité à s’exprimer, être lui même et intégrer son individualité comme une injustice – cette blessure est principalement vécue avec le parent du même sexe.

L’enfant souffre de la froideur, de l’incapacité à sentir et à s’exprimer de ce parent, ainsi que de l’autoritarisme, des critiques et de la sévérité qui pèsent sur lui.
La plupart du temps, ce parent souffre de la même blessure.

Pour se protéger, l’enfant se crée le masque du rigide – ce masque consiste à se couper des émotions pour se protéger.

Avec ce masque, les rigides croient pouvoir ne plus être atteints par les jugements et les injustices de ce monde.
Perfectionniste, le rigide cherche la justesse dans ses paroles et dans ses actes.

Le rigide adopte toujours une posture droite et équilibrée, son corps est bien proportionné, les épaules sont droites et de la même largeur que les hanches – les femmes sont de petite taille.
Les mouvements sont vifs et dynamiques, la mâchoire serrée, le cou raide et droit.

Le rigide s’accompli dans ce qu’il fait et non ce qu’il est: cherchant la performance maximum, il est autonome et débrouillard, fait tout pour résoudre les difficultés et pour oublier les souffrances.
Optimiste en surface, le rigide fait toujours comme si tout allait bien, il se dégage du rigide une impression de calme.
Le rigide craint l’autorité et se justifie jusqu’au bout lorsqu’il croit être dans son bon droit.

Les religions et les notions de bien et de mal ont une importance capitale dans la vie du rigide.
Les rigides sont très exigeants envers eux-mêmes et ont une grande capacité à se contrôler, s’organiser et atteindre des hauts niveaux de performance.

Les rigides, toujours en quête de perfection, ont du mal à s’amuser ou se reposer – toujours dans l’action, il se sent coupable lorsqu’il se repose.

Le rigide se sent coupable lorsque d’autres travaille et pas lui, il s’oblige donc constamment à rester actif.

Le rigide repousse sans cesse ses limites jusqu’à en faire trop et craquer physiquement ou psychologiquement – même au repos le rigide est toujours tendu.

Le mérite est essentiel: toute récompense doit arriver que lorsqu’on la méritée.

Recevoir des cadeaux et bénéficier de la chance n’est pas mérité, le rigide se sent donc coupable de tels évènements – il se sent alors redevable de donner ou d’aider les autres, dans ce cas il préfère tout refuser en bloc plutôt que de se sentir redevable.

Le rigide est parfois maniaque – par perfectionnisme.
Le rigide est rarement malade.
Lorsque le rigide demande de l’aide c’est que la situation est critique et qu’il n’y a plus d’autre choix possible.

Le rigide a du mal à se laisser aimer et à démontrer son amour – il pense après coup à ce qu’il aurait voulu dire ou faire aux autres mais oublie lorsque l’occasion se présente finalement – en agissant ainsi le rigide est injuste envers lui même et envers les autres.

La plus grande peur du rigide est la froideur – le rigide a autant de mal à accepter sa propre froideur que celle des autres.
Le rigide fait de son mieux pour paraître chaleureux et bon même si il se ferme sa propre sensibilité pour ne pas se montrer vulnérable.

Quand une personne est froide avec lui, le rigide le prends personnellement et ressent une foule d’émotions négative- il se demande alors tout de suite ce qu’il a fait ou dit pour que l’autre agisse ainsi.

Le rigide a du mal à se laisser aller à l’amour, la tendresse et le plaisir sexuel.

Le rigide est souvent très sexy, aime s’habiller avec des vêtements moulants pour être attirant, mais s’engage difficilement par peur de ne pas faire le bon choix.
La jeune fille rigide est une allumeuse, sexy et attirante, elle se retient néanmoins pour se garder pour l’homme idéal – quand elle finit par s’ouvrir elle est généralement déçue.

La femme rigide peut être coupée de tout ressenti sexuel, l’homme peut souffrir de problèmes liés à son incapacité à se faire plaisir dans la vie.

Le bien et le mal dirigent aussi les relations sexuelles chez les rigides – ce qui complique aussi beaucoup les choses.

Les maux et maladies les plus communes chez les rigides sont:

  • raideurs / tensions au cou et au dos
  • burn out, surmenage ou épuisement
  • multiples inflammations
  • constipation
  • problèmes de peau sèche ou de boutons au visage
  • insomnie

Mettant le rationnel au dessus de l’émotionnel, le rigide est particulièrement injuste avec lui même.
La personne qui souffre d’injustice souffre aussi souvent également du rejet.

Pour guérir, il faut commencer par prendre conscience de sa blessure, puis réussir à lâcher prise: oublier le perfectionnisme à outrance, et enfin se laisser aller à plus de sensibilité, sans peur du jugement des autres.

Le rigide en résumé

Symptômes: 

  • se coupe de ses ressentis et des émotions croyant ainsi s’épargner la souffrance et les erreurs
  • montre aux autres que rien ne le touche et enfouit sa sensibilité
  • est parfait dans ses actes et  paroles en cherchant à être le plus juste possible
  • craint l’autorité et vit le commandement et le grondement comme un traumatisme, surtout quand c’est injustifié
  • se justifie jusqu’à avoir raison
  • optimiste, dynamique, perfectionniste, maniaque du rangement, à des difficultés à recevoir
  • utilise le rire pour cacher ses émotions sans pour autant que la situation soit drôle
  • cache son malheur en parlant des événements tragiques, et relativise en disant que tout va bien
  • demande rarement de l’aide, se débrouille seul jeune, exigeant avec lui même, ne se repose presque jamais.

Comment guérir:

  • Prendre conscience de sa blessure, l’accepter et pardonner à soi et aux autres
  • Etre moins perfectionniste et se donne le droit à l’erreur
  • Se donner le droit d’éprouver des émotions et des sentiments

La question à se poser:

« A-t-on vraiment besoin d’être parfait pour se donner le droit à la vie et aux plaisirs ? »

 

Acheter ou ne pas acheter les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi même, de Lise Bourbeau ?

Soyons clair, les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi même, de Lise Bourbeau est un de mes 3 livres préférés.

La première fois que j’ai lu Les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi même, de Lise Bourbeau, j’ai d’abord tout de suite reconnu une des blessures de l’âme décrite dans ce livre.
Puis j’ai relu le livre et j’en ai reconnu 3.
Je l’ai relu récemment et j’en ai reconnu… 5 !

A chaque fois que je relis les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi même, de Lise Bourbeau je découvre et j’apprends quelque chose de nouveau sur moi ou sur les autres.

Le livre de Lise Bourbeau est un livre à lire et à relire tout au long de votre vie, à mesure que vous trouvez les solutions aux différents problèmes de votre vie et progressez vers la réussite.

Les cinq blessures qui empêchent d'être soi-même, Lise Bourbeau
Les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi même, de Lise Bourbeau est un des livres qui a réellement changé ma vie, vraiment.

Si vous pensez avoir certaines difficultés avec vous même ou avec les autres, si certains de vos comportements vous échappent parfois ou si vous vous êtes déjà dit « si seulement », le livre de Lise Bourbeau est peut-être la solution.

Nous avons tous quelque part, profondément en nous, une ou plusieurs blessures qui nous limitent et nous empêchent de vraiment réussir à construire la vie dont vous avez vraiment envie.

Si vous avez étudié le sujet et avez des connaissances approfondies en psychologie et si vous avez déjà mené un profond travail sur vous même, les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi même, de Lise Bourbeau ne vous apportera peut-être rien que ne sachiez déjà, mais pour tous les autres, vous trouverez une cartographie simple et efficace des plus grandes blessures et des moyens de les guérir pour vous sentir beaucoup mieux au quotidien et augmenter vos capacités à réussir.

– P.S. La blessure qui m’a empêchée de construire la relation dont je rêvais avec ma fiancée de l’époque est la blessure du rejet, blessure dont j’ai pris conscience par la suite grâce au livre Les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi même, de Lise Bourbeau.
D’ailleurs mon ex-fiancée est quand à elle très limitée par sa blessure de l’injustice notamment.

Une chose est sure: nous possédons tous ces 5 blessures à différents niveaux d’intensité.

 

Et vous ?

Vous avez lu ce livre ? – qu’en avez-vous pensé ?
Laissez-nous un petit mot dans les commentaires 😉

 

Tags:


À propos de l’auteur

passionné et principal auteur bénévole des articles et revues des livres pour réussir. Double diplômé ingénieur Arts et Métiers et UPV Bilbao, trilingue anglais-espagnol, il sait s'exprimer également en chinois mandarin, en russe et en italien. C'est également un modèle de détermination. Il n'a pas peur de faire des choix difficiles, et de s'y tenir dans la durée. Comme il l'explique sur son blog, sa méthode est basée sur la persévérance, et son histoire en est un exemple qui devrait figurer dans les livres : Quand il a commencé le développement de sa carrure, il ne pouvait pas faire plus de trois pompes ! Et pourtant il est aujourd'hui Karatéka, et les femmes l'appellent "Bruce Lee" ! La clé de son succès ? Il a continué à faire des pompes, toujours plus, chaque jour, sans exception depuis ses 15 ans, et pendant des années. Avec ce genre de méthode, ce n'est pas étonnant de réussir... Même si on peut être impressionné par son caractère, son parcours international, et ses nombreux voyages, son arme la plus puissante est celle qu'il brandit sur sa photo : la plume ! Frédéric est un artiste, curieux et créatif, qui a un besoin insatiable de créer et d'apprendre. Comme beaucoup de gens, il a investi énormément d'efforts et de temps pour trouver ce qu'il voulait faire, et comment y arriver. Au bout de son chemin, il découvre son véritable objectif : Apprendre, comprendre et transmettre. Aujourd'hui freelance, indépendant, son objectif est de devenir réellement inter-dépendant avec, pour et par les autres et de contribuer, donner, échanger pour s'unir avec le monde.



13 Responses to Les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi même – Lise Bourbeau

  1. Christian says:

    Ce livre est est un best seller mondial traduit en 20 langues !
    Depuis que je l’ai potassé j’arrive à dire en voyant certaines personnes, d’après les morphotypes décrits dans le livre, quelles sont les blessures principales qui les affectent, ça marche pratiquement à tous les coups !

  2. Sarah says:

    Très bon article c’est fou comme je me reconnais dans certaines de ces blessures !

  3. Jean Hancel says:

    Bon article bien résumé

  4. Patou says:

    Probablement un des meilleurs livres que j’ai lu.
    Bien l’article et bon design, continuez !

  5. Bonsoir! J’aime beaucoup le concept original de votre blog ( si je me trompe pas vous êtes au moins deux ?) En tout j’apprécie ce genre d’idée novatrice 🙂 J’aime beaucoup les livres sur le domaine du développement Personnel , je tien moi même un petit blog qui regroupe un ensemble de livres qui me corresponde et il y a dans une sessions des livre sur le sujet car sa fait partie de moi 🙂 j’apprécierait beaucoup ton avis sur mon petit blog d’ailleurs sa m’honorerait de votre présence ! Et pourquoi pas voir un peut plus qu’une visite a voir ensemble si jamais sa t’intéresse prend contact avec moi je n’est pour le moment pas grand chose a proposer hélas mais pourquoi pas visé haut 🙂 On dit que le positif rapporte du positif ! alors soyons positif !

    Les Chroniques d’Affi’

    • Fred says:

      Bonjour ! Bonsoir ! Ami Affi’ ! – en Thaïlande c’est déjà le soir mais je pense qu’en France il est encore tôt dans l’après midi…

      Merci pour ce commentaire très sympa – en effet nous sommes 2 – pour en savoir plus, voir sur notre page : http://livres-pour-reussir.fr/a-propos/

      Je te donnerai volontiers mon avis sur ton blog de livres si tu m’en donnes l’adresse.
      Au plaisir de te lire !

  6. Richard says:

    Bonjour,
    Le livre présente seulement les blessures de l’âme
    ou ils donnent aussi des conseils pour en guérir également ?

    Cordialement

  7. lise says:

    Bonjour Fred,
    Déjà merci pour ce partage,
    j’ai acheté le livre cette semaine, une question subsiste cependant:
    je me suis reconnu dans la même blessure que la tienne, pas exactement dans tous les aspects mais dans beaucoup d’entres eux, ainsi que dans un autre masque.
    dans le livre elle dit qu’il faut faire face , voir les masques et les accepter.
    Mon ami porte le masque du fuyant, comment puis je faire pour l’aider? je vais lui proposer le livre mais je ne sais pas s’il va accepter de le lire, et même si je sais comme le disait Napoléon Hill: lorsque l’élève est prêt le maitre arrive, je veux vraiment l’aider car je souffre de le voir comme ça et que je tiens à notre relation.
    J’attends de te lire avec impatience
    Merci.
    Namasté

    • Fred says:

      Bonjour Lise !
      Quelle coincidence, tu possèdes le même prénom que l’auteur de ce livre (et que ma soeur).

      Merci à toi pour ce commentaire qui sent la sincérité – comme tu l’as si bien dit, nous avons tous une ou plusieurs de ces blessures en nous, petits êtres humains tourmentés.

      Bon, pour ton ami, le « fuyant », étant donné que c’est là une de mes blessures les plus prononcées, je me sens un peu concerné 😀
      Vouloir aider ton ami est une noble intention, digne d’un grand coeur, et comme tu le dis si bien, c’est lorsque l’élève est prêt que le maitre arrive.

      J’ai eu de nombreuses relations amoureuses, plus ou moins tumultueuses, et si j’ai appris quoi que ce soit, c’est que pour qu’une relation dure, il vaut mieux ne pas essayer de changer l’autre, meme pour son « bien ».

      En meme temps, tu souffres de le voir souffrir, et tu tiens à votre relation, ce que je comprends et ressens bien.

      Et si tu commençais en douceur, en lui parlant de cet article et / ou du livre les 5 Blessures de l’Ame que tu as acheté.
      Donne déjà à ton ami l’envie d’y jeter un oeil, sans lui préciser quoi que ce soit sur lui, mais en disant que tu as adoré ce livre qui t’a vraiment aidé et qui t’aide toujours, et laisse l’élève se préparer tout seul à la venue du maitre 😉

  8. Naidji says:

    Je suis interesse par tout ce qui a rapport a la blessure de rejet

  9. aurelie ogando says:

    je veux prendre du temps por le lire mci

  10. Evelyne Turcan says:

    Bonjour, je viens de terminer 6 ateliers (1 par mois) sur ce sujet. Je suis sophrologue. Une blessure était abordée par atelier et le dernier était une synthèse et traitait plutôt de la guérison (le livre d’après !). Les personnes qui ont participé à mes ateliers sont toutes reparties avec une meilleure connaissance d’elles et l’envie de continuer dès la rentrée. Ce livre m’a beaucoup appris sur moi et m’a permis d’évoluer en reconnaissant et nommant ce fichu Ego ! Alors allez y ça vaut la peine lisez ce livre et surtout mettez en pratique les conseils de Lise Bourbeau et lisez aussi le suivant : La guérison des 5 blessures !

  11. Evelyne Turcan says:

    Et merci Fred pour ce partage, je suis heureuse d’avoir découvert aujourd’hui ce blog alors que je cherchais juste la photo du livre pour m’en servir pour un salon »bien être »…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut ↑