L’investisseur intelligent – Benjamin Graham – Chapitre 13. Une comparaison de 4 sociétés cotées

Bonjour !
et Bienvenue.

Pendant 21 semaines, nous vous proposons le résumé d’un chapitre du livre L’investisseur intelligent, de Benjamin Graham.

L'investisseur intelligent, de Benjamin GrahamLes livres-pour-reussir.fr vous offre chaque semaine un résumé structuré, clair et critique d’un nouveau livre pour mieux vous organiser, communiquer, travailler, investir et vous éveiller.

« de loin le meilleur livre d’investissement jamais écrit » – Warren Buffet

Cette série en 21 articles vous propose une explication complète et détaillé d’un livre recommandé par Warren Buffet lui même, le troisième homme le plus riche du monde – selon le classement Forbes 2015….

… L’investisseur intelligent, de Benjamin Graham est tout simplement LE livre d’investissement par la valeur et nous allons découvrir ensemble, pas à pas, chaque étape de la stratégie qui a permis à un homme comme Warren Buffet de si bien réussir dans les affaires.

L'investisseur intelligent, de Benjamin GrahamMaintenant, explorons ensemble:
l’investisseur intelligent, de Benjamin Graham.

Une comparaison de 4 sociétés cotées

Durant les quelques chapitres précédents, Graham en vient finalement à nous donner des outils spécifiques et concrets pour pouvoir appliquer ses concepts d’investissement dans la valeur.

Après seulement 10 chapitres, nous avons entamé le plat de résistance de ce livre.
Les 10 chapitres précédents étaient l’apéritif et l’entrée garnie qui nous mettent en appétit pour dévorer ces principes et méthodes de l’investissement dans la valeur.

Mais ce n’est pas le sujet de ce livre.

Quel est le titre ? L’investisseur intelligent.
Cela ne veut pas dire « Celui qui sait très bien estimer la valeur des actions » – et le fait est que beaucoup de gens confondent ces 2 notions distinctes, ce qui est un prôblème.

Investir ne consiste pas uniquement à savoir comment évaluer une entreprise proprement ou comment chercher les valeurs en bourse – ce n’est qu’une petite partie d’une stratégie plus globale.
Investir veut dire vous connaître (quel niveau de risque tolérez-vous, par exemple), connaître les gens autour de vous, définir vos objectifs, et la stratégie adaptée et développer un portefeuille large et varié qui contient plus que juste des actions, etc.

Le problème c’est que toutes ces étapes vers la réussite semblent ennuyeuses pour beaucoup de gens.
Le fait est que Graham a dédié les 8 premiers chapitres des son livre à ces étapes, justement.

Graham voit ces éléments comme le lit de ce qu’il appelle l’investisseur intelligent, et c’est pour ça qu’il y consacre le premier tiers de son livre.
Ceux qui font l’impasse sur ces chapitres ne pourront pas intégrer l’ensemble cohérent de la vision de Graham.

 

Chapitre 13. Une comparaison de 4 sociétés cotées

Ce chapitre, cependant, se concentre sur l’évaluation des entreprises en terme de recherche de valeurs dans lesquelles investir.
Graham s’en charge à travers 4 exemples de 4 sociétés pour lesquelles il explique comment et pourquoi il les évaluent ainsi, en fonction de leur situation et de l’environnement boursier de 1972.

Il s’agit de ELTRA, Emerson Electric, Emery Air Freight, et Emhart Corp.

Quelles sociétés ?
Si vous avez regardé ces noms et haussé les épaules, il y a une bonne raison à cela – seule Emerson existe toujours, mais en tant que société et marque différente (qui produit des vannes pour l’industrie notamment).

Les 3 autres sociétés ont été sujettes à fusion et rachats et n’existe plus en tant que telles aujourd’hui – ELTRA a fusionné avec Bunker Ramo et qui sont ensuite rachetés par Honeywell, Emery Freight fait partie de CNF, et Emhart a été racheté par Black et Decker.

Rappelez vous tout de même que l’objectif de ces exemples n’est pas ces entreprises elles même mais bien la philosophie et la structure a adopter pour évaluer des actions.

Graham parcoure ces 4 entreprises en considérant leur rentabilité (sur les 10 dernières années), stabilité (sur la pire année de la dernière décennie), croissance (sur différentes périodes comparées), position financière (elles doivent posséder $2 d’actif pour chaque $1 de dette), dividendes (années de dividendes payés sans interruption), et historique des prix (évalué sur tout l’histoire de la société depuis sa création).

Graham conclut plusieurs choses ici: Emerson et Emery sont toutes deux sur-évaluées – ou au moins ne sont pas des actions de valeur pour le moment.
Il pense que Emerson a un meilleur potentiel sur le long terme, et pense qu’Emery ne représentera pas une valeur.
Les 2 autres entreprises sont quand à elles dévaluées, et Graham considère que ce sont de bons achats pour un investisseur défensif.

Qu’est-ce qui constitue exactement un « bon achat » ?
Graham commence à introduire cette notion, en indiquant notamment une structure en 7 tests statistiques, puis transitionne sur le chapitre suivant où ces tests sont présentés en détails.

 

Commentaire sur le Chapitre 13

Zweig confirme l’analyse de Graham en en livrant une similaire, sauf qu’il utilise l’exemple de 4 entreprises américaines modernes:  Emerson (encore), EMC, Expeditor’s International, et Exodus Communications.

Pourquoi ces 4 là ?
Ensemble, elles constituent une très belle histoire de la bourse dans les années 1980, 90, et le début des années 2000, en mettant en avant les fluctuations montantes et descendantes du chemin.

Qu’est-ce que Zweig conclut de son évaluation ?
Les entreprises qui ne sont pas stables sur le papier ne sont pas des investissements stables. Exodus Communication a expérimenté la bulle spéculative de l’internet et s’est effondrés ensuite, alors qu’à l’opposé, Emerson est restée stable malgré les aléas du marché.

La leçon à retenir ici est la suivante: les investisseurs dans la valeur n’achètent pas les actions qui brillent.
Les actions qui brillent sont presque toujours surévaluées comparé à ce qu’elles valent vraiment sur le papier.
A la place, les investisseurs dans la valeur se concentrent sur les actions plus « ennuyeuses » – Emerson n’est pas une société glamour, mais elle offre des valeurs sures à ses actionnaires.


La semaine prochaine:

La semaine prochaine nous explorons le Chapitre 14 de l’investisseur intelligent, de Benjamin Graham  :

Sélection d’actions pour l’investisseur défensif.

 

L'investisseur intelligent, de Benjamin Graham

Acheter ou ne pas acheter l’investisseur intelligent, de Benjamin Graham ?

Ici aucun doute,
si vous en avez assez de laisser dormir votre argent à la banque, ou pire,
si vous ne comprenez pas pourquoi vous travaillez depuis toutes ces années mais n’arrivez pas à vraiment gagner plus d’argent que vous n’en dépensez…
et si vous voulez changer tout ça en investissant votre argent…

Alors l’investisseur intelligent, de Benjamin Graham est LE livre qu’il vous faut.

D’un autre côté, c’est vrai que certaines personnes ne veulent pas vraiment investir sur le long terme.
Ces personnes n’ont ni la patience, ni la volonté nécessaire pour capitaliser sur la durée.
Si c’est votre cas, alors les approches et stratégies d’investissement conservatives ne sont pas faites pour vous – n’achetez pas l’investisseur intelligent, de Benjamin Graham.

Maintenant, si vous êtes prêt à faire le premier pas vers la réussite financière à long terme,
ou si vous êtes déjà en train d’investir et ne connaissez pas encore les méthodes de Benjamin Graham dans le détail, ce livre est un excellent investissement justement.

C’est simple, si il y a un seul livre sur l’investissement que vous devez vraiment lire c’est l’investisseur intelligent.
Warren Buffet ne s’y est pas trompé, alors pourquoi pas vous ?

Tags: ,


À propos de l’auteur

passionné et principal auteur bénévole des articles et revues des livres pour réussir. Double diplômé ingénieur Arts et Métiers et UPV Bilbao, trilingue anglais-espagnol, il sait s'exprimer également en chinois mandarin, en russe et en italien. C'est également un modèle de détermination. Il n'a pas peur de faire des choix difficiles, et de s'y tenir dans la durée. Comme il l'explique sur son blog, sa méthode est basée sur la persévérance, et son histoire en est un exemple qui devrait figurer dans les livres : Quand il a commencé le développement de sa carrure, il ne pouvait pas faire plus de trois pompes ! Et pourtant il est aujourd'hui Karatéka, et les femmes l'appellent "Bruce Lee" ! La clé de son succès ? Il a continué à faire des pompes, toujours plus, chaque jour, sans exception depuis ses 15 ans, et pendant des années. Avec ce genre de méthode, ce n'est pas étonnant de réussir... Même si on peut être impressionné par son caractère, son parcours international, et ses nombreux voyages, son arme la plus puissante est celle qu'il brandit sur sa photo : la plume ! Frédéric est un artiste, curieux et créatif, qui a un besoin insatiable de créer et d'apprendre. Comme beaucoup de gens, il a investi énormément d'efforts et de temps pour trouver ce qu'il voulait faire, et comment y arriver. Au bout de son chemin, il découvre son véritable objectif : Apprendre, comprendre et transmettre. Aujourd'hui freelance, indépendant, son objectif est de devenir réellement inter-dépendant avec, pour et par les autres et de contribuer, donner, échanger pour s'unir avec le monde.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut ↑