Pourquoi les gens intelligents font de graves erreurs financières –  Gary Belsky et Thomas Gilovich

Bonjour !
et Bienvenue pour cette nouvelle synthèse d’un livre pour réussir.

Pourquoi les gens intelligents font de graves erreurs financièresLes livres-pour-reussir.fr vous offre chaque semaine un résumé structuré, clair et critique d’un nouveau livre pour mieux vous organiser, communiquer, travailler, investir et vous éveiller.

Cette semaine le livre qui vous permet de réussir est un petit livre simple qui vous transmet les principes et leviers psychologiques fondamentaux à déverrouiller pour pouvoir réussir à investir intelligemment et gagner de l’argent.

Ces sages principes sont valables dans la vie en générale et lorsque vous les aurez lus, compris et appliqués, vous pourrez réaliser vos objectifs beaucoup plus facilement et efficacement.

Pourquoi les gens intelligents font de graves erreurs financières, de Gary Belsky et Thomas Gilovich

Le livre pourquoi les gens intelligents font de graves erreurs financières, de  Gary Belsky et Thomas Gilovich adopte un point de vue original et intéressant comparé à beaucoup d’autres livres de finance personnelle.

Au lieu de se concentrer directement sur les mécaniques de la finance, pourquoi les gens intelligents font de graves erreurs financières, de  Gary Belsky et Thomas Gilovich décortique les problèmes dus aux comportements, spécifiquement les pièges dans lesquels ont tendance à tomber les gens qui ont des capacités d’analyse et de mémorisation – les fameux « gens intelligents ».

Personnellement très compétent dans le milieu scolaire depuis ma plus tendre enfance, passionné de mathématiques et double diplômé ingénieur, je fais probablement partie de cette catégorie.
Je sais lire et recouper, faire des parallèles et rassembler des informations de tout types et origines, et parce que je suis doué pour ça, il y a certaines choses pour lesquelles je ne suis pas doué.

Pourquoi les gens intelligents font de graves erreurs financières, de  Gary Belsky et Thomas Gilovich explique que beaucoup d’activité financières sont justement basées sur les compétences qui manquent aux « gens intelligents » et l’auteur nous fournit les solutions pour réussir.

Pourquoi les gens intelligents font de graves erreurs financières

Maintenant, explorons ensemble:
pourquoi les gens intelligents font de graves erreurs financières, de  Gary Belsky et Thomas Gilovich.

 

Chapitre 1. Tous les euros ne sont pas créés égaux

Le livre démarre avec un des plus grands pièges psychologiques dans lequel tombent les gens – l’idée que la monnaie n’est pas créée également et qu’il y a des périodes où ils traitent un euro avec plus de valeur que d’autres.

Imaginez, vous êtes en train de faire du shopping dans une grande surface.
Vous entrez dans un magasin, et vous voyez le produit que vous cherchez – il coûte 100€.
Vous hésitez, et vous continuez à faire votre shopping.
Vous entrez dans un second magasin et  et vous voyez le même produit – il coûte 50€.
Dans quel magasin achetez-vous votre bien ?

Maintenant, imaginez,
le produit dans le premier magasin coûte 3050€, et il coûte 3000€ dans le magasin un peu plus loin.
Dans quel magasin achetez-vous alors votre bien ?

La plupart des gens choisissent le second magasin dans le premier exemple, et le premier magasin dans le second.
Pourquoi ?
Ils regardent le pourcentage de variation du prix, et non pas le montant lui même (qui dans ces 2 exemples est exactement le même).
Résultat; ils donnent plus ou moins de valeur à une même somme d’argent.

L’auteur appelle ça la « comptabilité mentale », et explique pourquoi les gens continuent souvent à parier lorsqu’ils sont en avance (l’argent n’est pas réel) et pourquoi les gens sont beaucoup plus enclins à dépenser 50€ trouvé par terre que 50€ pour lesquels ils ont travaillé dur.

Comment utiliser ces leviers psychologique: imaginez que tous vos revenus sont des revenus pour lesquels vous avez travaillé, ainsi vous ne serez pas tenté de dilapider cet argent pour des choses sans importance dont vous n’avez pas vraiment besoin.

Chapitre 2. Quand 6 unités de l’un ne représentent pas une demi douzaine de l’autre

Le second piège discuté ici concerne l’idée que les gens ont tendance à prendre plus de risques pour éviter des pertes potentielles, mais ont tendance à être plus conservateurs pour conserver leurs profits.

Imaginez,
Je viens de vous offrir 1000€, et vous propose soit:

  • 500€ de plus
  • l’opportunité de jouer à pile ou face; si vous gagnez vous gagnez 1000€ de plus, si vous perdez vous ne gagnez rien

La plupart des gens choisissent les 500€.

Maintenant,
je vous offre 2000€ et vous propose soit:

  • de me rendre 500€
  • de jouer à pile ou face; si vous gagnez vous gardez les 2000€ mais si vous perdez vous devez me rendre 1000€

Dans ce cas, la plupart des gens choisissent de jouer à pile ou face.

En vérité, ces 2 scénarios sont strictement identiques.
La seule différence réside dans la perception que vous avez de ce qui est déjà à vous et de ce que vous pouvez perdre et/ou gagner.

C’est le même principe qui pousse les gens à vendre les investissements à gains plus facilement que les investissements à pertes et aussi de prendre des décisions en fonction de la quantité d’argent qu’ils ont déjà dépensé.

Vous pouvez vous libérer de vos perceptions en définissant votre tolérance aux risques (« si la bourse chute de 25% demain, suis-je alors tenté de récupérer mon argent) et simplement en faisant moins attention à vos investissements une fois que l’argent est placé (ainsi vous n’êtes plus impacté par les variations permanentes de la bourse).

Chapitre 3. Le diable que vous connaissez

En résumé, plus les gens sont face à une quantité importante de choix, plus ils ont tendance à ne rien faire du tout.

La raison est très simple – c’est toujours une question de perceptions:

Nous, humains, nous avons naturellement tendance à considérer une situation avec un filtre négatif – ceci est dû à notre reptilien, la partie la plus ancienne de notre cerveau dont l’unique but est notre survie.
Si vous avez 1 choix à faire, le pire qui puisse vous arriver en faisant ce choix c’est de perdre l’opportunité et les avantages que vous auriez eu en faisant les autres choix.

Imaginez,
vous êtes face à un dilemme cornélien entre faire une chose ou son contraire.
Il n’y a donc que 2 choix possibles.
Que peut-il alors vous arriver de pire quand vous aurez choisi ?

Perdre les opportunités et avantages de l’une des options, soit 1 choix sur 2 = 50%.

Maintenant, que se passe-t-il lorsque vous êtes face à 5, 10, 20, 100 possibilités ?
Que peut-il vous arriver de pire si vous choisissez ?

Vous risquez alors de perdre 80%, 90%, 95%, 99% des opportunités et avantages qui s’offrent à vous !!

Le problème, c’est que notre société occidentale moderne nous soumet en permanence à des centaines, des milliers de ces choix: nous avons accès à des tonnes d’informations, des centaines d’activités, des milliers de possibilités.
C’est précisément parce que tout est possible dans notre société que beaucoup trop de gens ne font finalement rien.

Rasmus Ankersen explique d’ailleurs aussi cette situation en détails dans son livre The Gold Mine Effect, un des meilleurs livres sur la performance et la réussite qu’il m’ait été donné de lire.

Cette situation se produit par exemple dans le cadre de la gestion de portefeuille d’actifs lorsque leur possesseur a la possibilité de s’orienter sur de trop nombreuses stratégies d’investissement pour augmenter ses gains mais ne fait rien.

Pour se sortir de ce paradigme; 2 solutions:

  • vivre dans un environnement suffisamment restreint pour que la quantité de choix soit tellement limitée que cela devient facile de choisir,
  • obtenir des choix tellement plus avantageux par rapport à tous les autres que la quantité d’opportunités et d’avantages de ce choix surpasse largement tout ce qui pourrait résulter de tous les autres choix.

La deuxième option est ce que représentent les brokers professionnels, qui vous donnent la perception de représenter un choix beaucoup plus intéressants que tout le reste.
Dans notre société occidentale moderne, c’est la seule option réaliste: créer un choix tellement avantageux qu’il éclipse tout le reste.

Comment se libérer de ce levier psychologique ?
Prenez conscience que prendre une décision et faire un choix ne vous supprime pas tous les autres choix possibles et que à tout moment vous pouvez ré-analyser la situation et décider de faire un autre choix, de prendre une autre décision pour avancer, parce que si vous ne faites rien, vous perdez 100% des opportunités qui se présentent à vous.

En clair, n’ayez plus peur du changement mais allez à la rencontre du nouveau, de l’inédit, expérimentez et augmentez vos bénéfices.

« Expérimentez, sans délai, car tout est impermanent »
– Dernières recommandations de Bouddha rapportées par Ananda

Chapitre 4. La torpeur des nombres

Ce chapitre démarre par une discussion sur l’inflation et le fait que les gens oublient souvent de la prendre en compte dans leurs calculs.
C’est la principale raison pour laquelle c’est utile de calculer les retours potentiels sur investissement en soustrayant environ 4% des gains sur investissements et utiliser les 96% restants comme base d’investissement.

Est-ce qu’un investissement stable à 5% est meilleur qu’un investissement précaire à 9% ? – et un investissement stable à 1% contre un précaire à 5% ?

A partir de là , le chapitre se concentre sur les cotes et assurances et le fait que les gens qui ont des faibles franchises et des primes élevées jouent un jeux souvent dangereux.

Pourquoi ? Ils amplifient les chances d’accident alors qu’en réalité les chances d’accident sont très faibles.
C’est cette incompréhension qui conduit à un grand nombre de mauvais investissements.

Par exemple,
une sélection totalement aléatoire de 100 actions va vaincre le marché 50% du temps.

Donc, si vous avez 1000 de ces sélections aléatoires,
500 d’entre elles auront vaincu le marché à la fin d’une année donnée.
L’année suivante, 250 de ces 500 vont vaincre le marché une nouvelle fois.
La troisième année, c’est 125 actions qui ont vaincu le marché 3 ans d’affilée !

Ne devriez-vous pas investir tout votre argent dans ces actions ?
Pas vraiment, à la place vous gagnerez plus à analyser les données long terme disponibles sur ces fonds.

En clair, ne vous laissez pas impressionner par les succès à court terme et jouez les moyennes – placez votre argent dans un très large fond indiciel.

Chapitre 5. Levez l’ancre

Petite Lapalissade: vous n’avez jamais de seconde chance pour faire une première impression.

C’est ce qu’on appelle un truisme, une vérité générale, et en même temps c’est une barrière mentale pour beaucoup de gens.
Ceci explique la logique derrière de nombreuses publicité pour des produits financiers (et pas seulement).

Par exemple, disons que vous voyez une publicité pour un fond commun de placement qui vous décrit un retour sur investissement de 18% et un autre qui vous promet 12%.
Chaque publicité montre le pourcentage en grosses lettres et en gras, qui conditionne votre première impression.
Par lequel de ces 2 investissement êtes-vous attiré ?

Maintenant approchez vous, et regardez les petits caractères en italique en bas de l’image:
le premier fonds vous propose 18% à la fin de la première année uniquement et le second vous propose 12% sur 10 ans.
Maintenant que faites-vous ?
Vous allez peut-être finalement choisir le second placement, mais sachez que la plupart des gens s’arrêtent aux grosses lettres et choisissent le premier.

Un phénomène similaire existe pour le logement, les gens entendent un premier nombre qui reste profondément ancré en eux et devient inconsciemment le prix de la maison.
Cela peut mal se terminer pour vous si un marché local du logement s’envole ou s’écroule, si vous restez conditionné par ce même chiffre, vous pouvez beaucoup perdre.

La meilleure solution est de toujours creuser plus profondément à la recherche de plus d’informations en demandant à plus de gens et en lisant plus, et en allant au delà de vos premières impressions et de vos filtres de perceptions et d’interprétations .

Restez à l’écoute mais soyez toujours critiques – 5ème accord Toltèque

Chapitre 6. Le piège de l’Ego

Ici il s’agit d’Ego, et de la tendance des « gens intelligents » de penser qu’ils en savent plus qu’en vérité, ce qui les conduit trop souvent à prendre de mauvaises décisions.

Un exemple simple: un propriétaire et investisseur immobilier pour acheter une maison.
Beaucoup de propriétaires et investisseurs immobiliers veulent passer outre les intermédiaires qui coûtent 6% du prix de la maison. En tant que propriétaire, ils pensent qu’ils savent tout ce qu’il y a savoir sur les maisons et les processus d’achat et de vente.

Cependant, les statistiques démontrent que les agences vendent entre 1% et 2% au dessus du prix qu’elles auraient reçues d’un intermédiaire, et vouloir se passer d’intermédiaire est très cher en temps et en frais publicitaires.

Les investisseurs souvent agissent ainsi sous couvert de grands discours pour justifier leurs pertes, et utilisent les gains pour justifier leurs stratégies.

La meilleure manière de se débarrasser d’un excès de confiance est simplement de considérer plus de risque dans votre analyse.
Si votre maison ne se vends pas, considérez que son prix de vente est trop élevé.
Si vous cherchez à investir, donnez plus de poids au pire scénario qu’au meilleur.

Chapitre 7. Je l’ai entendu dire

Le chapitre final se concentre sur les comportements de mouton, le principe qui pousse les gens à vendre lorsque tout le monde vends et acheter lorsque tout le monde achète.
Comment gagner de l’argent de cette manière ?
Les courtiers en gagnent beaucoup, mais pas leurs clients les investisseurs.

Ce chapitre offre exemples après exemples qui démontrent pourquoi faire comme tout le monde en termes d’investissements est une mauvaise idée – c’est aussi vrai dans la vie en générale.

Un exemple intéressant est celui du « petit troupeau »;
imaginons que sur le marché quelqu’un veuille vendre une action qui s’est dernièrement vendue à 100, mais que personne n’achète.
Cette personne a vraiment besoin de l’argent et décide donc de vendre à pertes et trouve un acheteur pour 90.
Le téléscripteur affiche alors que le prix de l’action de cette entreprise vient de chuter de 100 à 90.
C’est la panique !

Si vous croyez en votre investissement, persévérez quoi qu’il arrive sur le court terme.
Si vous n’y croyez pas, alors n’investissez simplement pas.

 

Acheter ou ne pas acheter pourquoi les gens intelligents font de graves erreurs financières, de  Gary Belsky et Thomas Gilovich ?

Pourquoi les gens intelligents font de graves erreurs financières

J’ai trouvé le livre pourquoi les gens intelligents font de graves erreurs financières, de  Gary Belsky et Thomas Gilovich intéressant et agréable à lire.
Les principes psychologiques exposés dans ce livre sont valables pour les investissements en bourse, et aussi dans votre vie en générale.
Pourquoi les gens intelligents font de graves erreurs financières, de  Gary Belsky et Thomas Gilovich apporte une vraie ouverture d’esprit.

Ce n’est pas non plus une référence absolue de la réussite, ni un livre à lire et à relire au fil des années.
En clair, vous gagnez beaucoup à lire pourquoi les gens intelligents font de graves erreurs financières, de  Gary Belsky et Thomas Gilovich au moins une fois si vous découvrez les principes exposés dans cet article pour la première fois.
Si vous ne voulez pas acheter pourquoi les gens intelligents font de graves erreurs financières, de  Gary Belsky et Thomas Gilovich, procurez-vous le en bibliothèque et lisez en déjà quelques extraits pour commencer.

Tags: , ,


À propos de l’auteur

passionné et principal auteur bénévole des articles et revues des livres pour réussir. Double diplômé ingénieur Arts et Métiers et UPV Bilbao, trilingue anglais-espagnol, il sait s'exprimer également en chinois mandarin, en russe et en italien. C'est également un modèle de détermination. Il n'a pas peur de faire des choix difficiles, et de s'y tenir dans la durée. Comme il l'explique sur son blog, sa méthode est basée sur la persévérance, et son histoire en est un exemple qui devrait figurer dans les livres : Quand il a commencé le développement de sa carrure, il ne pouvait pas faire plus de trois pompes ! Et pourtant il est aujourd'hui Karatéka, et les femmes l'appellent "Bruce Lee" ! La clé de son succès ? Il a continué à faire des pompes, toujours plus, chaque jour, sans exception depuis ses 15 ans, et pendant des années. Avec ce genre de méthode, ce n'est pas étonnant de réussir... Même si on peut être impressionné par son caractère, son parcours international, et ses nombreux voyages, son arme la plus puissante est celle qu'il brandit sur sa photo : la plume ! Frédéric est un artiste, curieux et créatif, qui a un besoin insatiable de créer et d'apprendre. Comme beaucoup de gens, il a investi énormément d'efforts et de temps pour trouver ce qu'il voulait faire, et comment y arriver. Au bout de son chemin, il découvre son véritable objectif : Apprendre, comprendre et transmettre. Aujourd'hui freelance, indépendant, son objectif est de devenir réellement inter-dépendant avec, pour et par les autres et de contribuer, donner, échanger pour s'unir avec le monde.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut ↑